La santé par le toucher

Qu’est ce que la santé par le toucher ?

La santé par le toucher, crée par George Goodheart, dans les années 60, permet de tester et d’équilibrer les muscles et l’ensemble des méridiens du corps pour apporter un mieux-être physique général.

« Les bras m’en tombent. » « J’ai les jambes en coton. » Ces expressions populaires attestent du rapport étroit entre nos muscles et nos émotions. Reposant sur ce principe, la santé par le toucher va détecter nos déséquilibres énergétiques, émotionnels ou physiques en testant au moins 14 muscles liés à différents méridiens, organes, ou émotions pour lever les blocages.

Comment cela fonctionne ?

La pratique s’appuie sur le test musculaire: en situation normale, le membre testé ( le bras souvent) résiste, il est "verrouillé". En cas de stress, il y a modification de la réponse du système musculaire qui se traduit par une absence de verrouillage: le bras “lâche” .

La technique consiste donc à établir un dialogue avec le corps en lui posant directement un certain nombre de questions. Une conversation s’engage alors avec le corps pour définir l’origine d’une souffrance, pour s’informer des événements qui ont affecté la personne et dont elle ne se rappelle pas consciemment.

Ces déséquilibres sont retranscrits dans les 5 éléments de la médecine énergétique chinoise, et l’interprétation de ce bilan tant sur le plan physique et émotionnel nous permet de mettre en évidence le muscle à « corriger », qui le plus souvent rééquilibrera l’ensemble du système.

Les corrections à apporter sont simples et rapides (stimulation et toucher de certaines régions du corps).

Ethique et déontologie

Le praticien en méthode PEC n’est pas un médecin. En conséquence il ne peut en aucun cas faire de diagnostic médical ou se substituer à votre médecin et à son avis médical.

Praticien en méthode PEC est un métier et, comme tous les métiers, il nécessite une formation et une déontologie.

Respect de la vie privée, pudeur, bonnes mœurs, confidentialité, intérêt et bien-être du client comme priorités, conditions de sécurité, etc. Le praticien doit limiter l’usage de sa pratique au périmètre des compétences que lui reconnaît la profession.

Quant à l’information du patient, elle recouvre, la durée du traitement, l’objectif, les tarifs pratiqués, le non-remboursement par la Sécurité Sociale . Tout cela doit s’effectuer en toute transparence afin de créer un climat de confiance.